Visiteurs:30205593
En ligne:00027
Accueil   Actualité au quotidien  
Document sans titre
Document sans titre
details des articles

Actualité du 06-10-2006

Revue de quelques articles de journaux


La Une n° 041 du 02 octobre 2006

Ebénézer NJOH MOUELLE Ministre de la communication



« les nations seront mieux gérées quand les rois seront philosophes et quand les philosophes seront rois », disait Platon. Avec l’arrivée du philosophe Ebénézer Njoh Mouelle au ministère de la communication, on s’attend à ce que cette pensée devienne réalité. L’un des dossiers sur lesquels l’on attend le professeur est de la délivrance des licences d’exploitation aux radios et télévisions privées. Celles-ci sont dans l’attente depuis que les dossiers ont été examinés par le conseil national de la communication qui a émis ses avis. L’autre dossier qui attend le nouveau ministre est sans doute celui de l’assainissement de la profession de journaliste. Dans ce sens, la commission de délivrance de la carte de presse doit être réveillée de son court. Celle-ci doit délivrer d’autres cartes aux professionnels et renouveler celles qui sont devenues caduques depuis juillet de cette année.

On attend aussi du ministre qu’il donne du relief au dossier de l’aide publique à la privée et à la demande de l’application effective de l’accord de Florence et du protocole de Nairobi.



La Météo n° 117 du 18 octobre 2006



E.Njoh Mouelle

C’est un exposé digne des grands maîtres de la philosophie que l’actuel MINCOM a gratifié l’ensemble de la classe intellectuelle le week-end passé à l’occasion de la dédicace de son ouvrage : Jalons II : l’Africanisme aujourd’hui( parue premièrement en 1975 aux éditions Clé). Soirée dédicace qui a drainée du monde et surtout apaisée les inquiétudes de milliers d’étudiants qui craignaient que monsieur le ministre ne déserte les plateaux de la réflexion morale et politique sur le progrès. C’était mal apprécié cet adepte du Bergsonisme pour qui le plein épanouissement de l’humanité, malgré son statut d’entreprise difficultueuse demeure une urgence. D’ailleurs en cette circonstance, il a laissé entendre que les objectifs de développement et de l’excellence reste plus que par le passé une priorité à inscrire dans toutes les activités humaines. Autres chantiers ; le traitement de délicats dossiers en souffrance à l’instar de la convention collective et l’octroi des licences d’exploitation audiovisuelle. Autant de segments sur lesquels l’ancien secrétaire général du comité central du Rdpc est invité à imprimer ses marques <br><br><br>



LA TRIBUNE DE L’EST n° 293

Le changement façon Njoh Mouelle



Njoh Mouelle est un professeur. Un vrai. Pas un fanfaron genre Medjo Mintom ou Moukoko Mbonjo. Il est bien éduqué. Bien alphabétisé. Il n’a pas obtenu son titre de professeur dans un paquet surprise. Il a écrit des livres, encadré des étudiants soutenants des thèses de doctorat. C’est un philosophe unanimement respecté. D’autres parts, il n’a jamais fait de musique. Au Mincom, il montre déjà sa différence en répondant au salut de ses collaborateurs, en les écoutant, en les conseillant comme ministre mais surtout en père de famille. Le Ministère de la communication a donc depuis le 22 septembre 2006 un vrai guide . le chef de l’Etat a eu la main heureuse en choisissant un homme mesuré, expérimenté et humble pour venir redressé le champ de ruines laissé par Moukoko Mbonjo. Il reste au nouveau ministre à mettre hors d’ état de nuire les futurs ministres genre Medjo Mintom.

Pour l’instant, on nous assure que tout baigne entre le nouveau ministre et le ministre délégué Gervais Mendo Ze, réduit à l’oisiveté par le chanteur des caniveaux. Bonne chance M. le ministre.<br><br><br>



L’Eveil Républicain n°9 – octobre 2006

NJOH MOUELLE : Le vrai prof



Lundi 26 septembre 2006, tout de suite après son installation, la résidence d’Ebénézer Njoh Mouelle au quartier Bastos est envahie. Tout le monde veut voir et féliciter le nouveau ministre. Des agents du ministère de la communication poussent un ouf de soulagement. Ils sortent de l’enfer Moukoko Mbonjo, l’homme qui savait tout et qui terrorisait tous ses collaborateurs du haut d’un savoir à vrai dire fort contesté. Njoh Mouelle est tout le contraire de son prédécesseur. On ne l’a jamais entendu fanfaronner sur son savoir comme le faisait régulièrement l’autre. Njoh Mouelle a l’humilité des grands hommes. Pourtant contrairement à l’autre, c’est un vrai professeur unanimement respecté et reconnu. Il a encadré maintes étudiants de philosophie et il a publié des ouvrages appréciés dans le monde intellectuel. On peut citer son livre de référence De la médiocrité à l’excellence ou tout récemment député de la nation. Njoh Mouelle se veut homme de dialogue ; il sera donc à l’écoute des collaborateurs tétanisés par 21 mois de sciences pô. C’est un homme respectueux des autres qui s’installe au Mincom. Pour avoir connu lui-même le traversée du désert, il ne risque pas de perdre la tête au motif que les beaux jours sont de retour. Ce n’est pas un simple politicien d’appareil seulement préoccupé des intrigues et des coups bas mais un homme de terrain qui a pu se faire élire député du Nkam en 1997. il sait qu’on ne peut pas diriger les hommes et obtenir d’eux de bons résultats en les couvrant de son mépris.



Après le temps des fanfaronnades et de la gesticulation,voici venue l’heure de l’action réfléchie et méthodique. Après la politique politicienne faite d’intrigues et de règlements de compte, voici l’heure du vrai changement pour donner à la communication une véritable impulsion. Tels qu’on le connaît, Njoh Mouelle n’aura pas beaucoup de mal à faire oublier son prédécesseur dont la présence au Mincom a constituée une douloureuse parenthèse. Le diplôme de sciences Pô, ancien chanteur a tout le temps chanté faux au Mincom. Son remplacement par Njoh Mouelle permettra, on l’espère de passer de la…médiocrité à l’excellence



La Une n° 140 du lundi 25 septembre 2006

Réaménagement MAIS QUEL GOUVERNEMENT



L’autre surprise du décret du 22 septembre dernier c’est le retour en force des anciens : Jean Nkuete, Ebénézer Njoh Mouelle, Jean Baptiste Bokam, pour ne citer que ceux là, retrouvent avec plaisir tous les honneurs et avantages qu’ils ont connus par le passé et qu’ils ont dû abandonner la mort dans l’âme. Mais à y regarder de près, l’on peut dire que cette situation était prévisible. Chacun de ces anciens nouveaux présentent des atouts indéniables. Si certains parlent de l’entregent dont ils jouissent dans l’entourage immédiat du prince, pour d’autres on relèvera le souci toujours constant du chef de l’Etat de faire jouer les grands équilibres régionaux. D’autres encore, leurs performances à d’autres fonctions auront commander un retour aux affaires.

Comme à chacun des mouvements auxquels il procède, le chef de l’Etat a sortit de sa marche des jeunes premiers. Certes pour l’opinion, ce ne sont pas à proprement parlé des inconnus. Puisque déjà auparavant, ils se sont distingués d’une manière ou d’une autre les emmenant ainsi progressivement sous les feux de la rampe.





Le journal de l’Economie n° 18 du 02 octobre 2006

Ebénézer Njoh Mouelle : place à l’excellence



« Monsieur le ministre, nous vous souhaitons un bon séjour dans ce ministère qui est d’abord le nôtre. Et excellence ne venez pas faire de la philosophie avec des journalistes. Ils attendent des solutions concrètes. » Ce fut en ces termes qu’un Dp prit congé du nouveau mincom après une soirée bien arrosée. Une image pour soulever un pan du travail qui attend le célèbre philosophe.



Mais Ebénézer Njoh Mouelle ne saurait se planter comme son (peu )illustre prédécesseur. Moukoko Mbonjo lui a crée un boulevard pour réussir au vu du très mauvais travail abattu depuis le 8 décembre 2004. pour cela, il faudrait éviter de croire que les journalistes surtout ceux de la presse dite privée sont des tarés. Il devait aussi intégrer dans son approche une réalité : les médias publics ne sont plus les seuls à assurer la reliance sociale. En bon auditeur, téléspectateur et lecteur qu’il a été durant sa très longue « retraite », il sait que le paysage médiatique camerounais(Pmc) est dynamique « permettre l’attribution des licences aux radios et télévisions privées, reconsidérer l’aide à la presse privée, enterrer définitivement le projet de loi liberticide initié par Moukoko et mettre un terme à la destruction de la CRTV sont des chantiers urgents qui attendent le Pr. Ebénézer Njoh Mouelle » prévient un haut cadre du Mincom. « cet homme de dialogue saura désamorcer les bombes laissées par Moukoko » déclare un directeur de Crtv – télé.

Ebénézer Njoh Mouelle devra cependant lutter contre … lui-même. Il n’aime pas s’accrocher. « il devra se surpasser pour s’accommoder des jeux de couloirs et prendre des distances avec les puissants lobbies entretenus par Moukoko » . un professeur agrégé de philosophie et un professeur en stylistique au chevet de la communication : la médiocrité doit enfin laisser place à l’excellence.
Document sans titre
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT