Visiteurs:28316829
En ligne:00025
Accueil   Actualité au quotidien  
Document sans titre
Document sans titre
details des articles

Actualité du 07-04-2012

29 Mars 2012 Participation à l’inauguration du Centre de Lecture et d’Animation Culturelle réhabilité (CLAC).

Njoh Mouelle a pris activement part le jeudi 29 Mars 2012 à la cérémonie d’inauguration du CLAC récemment réhabilité

Le Centre de Lecture et d’Animation Culturelle est une maison de la culture crée par un jeune Camerounais du nom de Charles Kamdem Poeghela. Une maison de la culture située en plein quartier populaire dénommé Mimboman -liberté à Yaoundé.Le Centre s’est doté d’une bibliothèque à triple volet : un espace enfant, un espace adolescent et un espace adulte. Charles Kamdem a bénéficié d’une formation en bibliothéconomie à l'ESSTIC de Yaoundé et auprès du Centre Culturel Français qui l’a mis en contact avec les responsables de BSF (Bibliothèque Sans Frontières), une structure française qui devait par la suite apporter une aide sous la forme de dons de livres , d'appui logistique et financier à la jeune structure. Les Services culturels des représentations diplomatiques américaine, française et de l'Union Européenne ( PASOC) ayant découvert et apprécié le sérieux du fondateur du CLAC, se sont intéressé à son projet en lui offrant également des ouvrages pour ses rayons, ainsi qu'un soutien financier.

Njoh Mouelle l’avait découvert auparavant quand il officiait en qualité de directeur de la Maison des savoirs à Etoudi. Il soutiendra et accompagnera Charles Kamdem sur son itinéraire ayant conduit, de l’ouverture du CLAC dans des locaux sur rez-de-chaussée seulement, à l’inauguration le 29 Mars 2012 des nouveaux locaux composés d’un rez-de chaussée augmenté d’ un étage.

Dans son mot de bienvenue lors de la cérémonie du 29 Mars, le Directeur Fondateur du CLAC, Charles Kamdem, a présenté M. Njoh Mouelle comme le parrain de sa structure. La salle dans laquelle se déroulait la cérémonie a du reste vu se confirmer son nom de baptême de « Salle Polyvalente Ebénézer NJOH MOUELLE ». Voici la brève allocution de circonstance que le parrain Njoh Mouelle a eu à prononcer :





LE MOT DU Pr. NJOH MOUELLE





Monsieur le Directeur de BSF

Monsieur le Représentant du Directeur du Bureau Régional de l’Unesco

Madame la Représentante de ADDAX Petroleum

Mesdames et Messieurs,



Le CENTRE DE LECTURE ET D’ANIMATION CULTURELLE (CLAC) inaugure ce jour son passage à une dimension supérieure.

Il est heureux que ce soit l’œuvre d’une jeunesse conquérante, dans le noble sens de ce que conquérir peut vouloir dire parfois.

Une jeunesse incarnée ici par un de ses valeureux représentants, Charles Kamdem dont j’ai suivi et encouragé l’activité passionnante et passionnée depuis quelques longues années déjà.

Ce qui est extraordinaire et qui mérite que je le souligne, est que Charles Kamdem a choisi de s’investir dans les affaires culturelles réputées ne pas enrichir ceux qui s’y essaient dans notre pays.

Quand on parle de culture dans notre pays, ne l’assimile- t-on pas souvent et un peu rapidement au folklore constitué de rythmes et de danses ? Bien qu’il soit possible de faire de bonnes affaires dans le registre des rythmes et des danses en construisant des salles de spectacles et en montant des groupes de ballets et des troupes de théâtre, les hommes d’affaires camerounais ne s’aventurent pas du tout dans le secteur.

Or voici un jeune qui a engagé, bien avant ses trente ans, une action risquée au cœur de la culture moderne, à savoir la mise à la disposition de toute la jeunesse et pas seulement la jeunesse scolaire et universitaire, dans un quartier populaire, d’une bibliothèque, d’une médiathèque, de l’outil informatique, sans avoir négligé le volet de l’animation intellectuelle par des conférences et des débats autour des thèmes présentant un intérêt majeur pour les jeunes.

Une indéniable volonté d’œuvrer pour un réel changement positif de mentalité apparaît dans l’organisation nouvelle du CLAC

En effet, Monsieur Kamdem aurait pu se limiter à encourager le goût pour la lecture qui se situe à l’origine de son projet, en offrant les services classiques de consultation et de prêts de livre, et en faisant venir des conférenciers autour des thèmes complétant la formation des jeunes et ouvrant leur esprit au-delà des contenus des programmes scolaires.

Non ! Monsieur Kamdem ne s’est pas limité à cela ; il crée aujourd’hui un espace de convivialité qui jouera certainement le rôle d’attraction et de fidélisation de ceux que je ne voudrais pas considérer comme des clients ordinaires, mais plutôt comme des membres d’une sorte d’association culturelle.

Bien qu’il ne me revienne pas de le faire ici, que Monsieur Kamdem me permette de remercier, en mon nom personnel, tous les partenaires et sponsors qui n’ont pas hésité à lui faire confiance en lui apportant le soutien multiforme que mérite de recevoir le projet culturel qui nous réunit ici aujourd’hui. Je pense à Bibliothèques sans Frontières dont le président, Monsieur Jeremy Lachal est physiquement présent à cette cérémonie. Je pense à ADDAX Petroleum dont le représentant a également pris la parole il y a quelques instants.



Je termine en formant le vœu que le nouveau CLAC joue effectivement le rôle d’un dynamique Foyer Culturel de proximité devant tirer son environnement vers le haut, en contribuant à relever le niveau de culture moyenne des habitants. C’est aussi cela, l’esprit et la culture de l’excellence.



Je vous remercie de votre attention
Document sans titre
Images


Une vue partielle du public ayant assisté à la cérémonie.

Une autre vue de la Salle Polyvalente Njoh Mouelle

A droite de Njoh Mouelle, le Représentant de l’Unesco et, sur sa gauche, La Représentante de ADDAX Petroleum

M. Charles Kamdem en train de prononcer le mot de bienvenue

M. Jeremy Lachal, Directeur de Bibliothèque Sans Frontières en train de prononcer son allocution

Un collaborateur de M. Kamdem, en train de donner quelques indications pratiques

M. Kamdem pose avec le Directeur de BSF, M. Lachal et Raphaële, de la Bibliothèque de l’Institut Français de Yaoundé

Les représentants de l’Institut Français de Yaoundé, avec au milieu Mme Nadine Monchau
1
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT