Visiteurs:24966599
En ligne:00029
Accueil   Actualité au quotidien  
Document sans titre
Document sans titre
details des articles

Actualité du 03-02-2007

Politique: Présentation d'un projet rassembleur à Yabassi

Il l'avait annoncé le 05 Novembre lors d'une séance de travail à Yabassi, il vient de le faire: une grande réunion ayant pris toutes les allures d'une Assemblée Générale des élites intérieures et extérieures du département du Nkam, s'est tenue le samedi 03 fevrier 2007 dans la salle des actes de la mairie de Yabassi pleine à craquer. Deux moments principaux ont rythmé ces assises qui ont duré cinq heures d'horloge; le lavage du "linge sale" en famille, fut le premier moment pendant lequel les participants se sont livrés à des explications-dénonciations sans détours. Njoh Mouelle avait prévénu, il voulait des assises ouvertes et sans hypocrisie, si on tenait à repartir sur de bonnes bases. Il a réussi à conduire lui meme la barque de ces échanges sans aucun dérapage significatif. Le deuxième moment fut celui de la surprise qu'il a réservée à tout le monde à travers la présentation du projet de création d'une mutuelle communautaire de croissance (MC2) à Yabassi. Une sorte de banque populaire destinée à aider les petits artisans et autres PME des villages.


(Compte rendu du quotidien Cameroon Tribune)


Un projet expliqué, samedi dernier à Yabassi, au cours d’une assise de l’élite réunie pour laver le linge sale en famille.



Tous les fils et filles du Nkam sont appelés à prendre des parts pour la constitution du capital de la future banque populaire initiée par le Pr Ebénézer Njoh Mouelle. Il est arrivé quelque chose d’inédit samedi dernier à Yabassi. Convoquée par un fils du terroir, ministre de la Communication, une assemblée générale de l’élite intérieure et extérieure s’y est tenue. De nombreux membres de cette élite ont fait le déplacement pour " laver le linge sale en famille ", comme on l’a dit plusieurs fois.



En fait de linge sale, les Nkamois ont unanimement reconnu que le développement de leur région est plombé par les querelles entre les personnalités qui se disputent le leadership politique. Comme l’opération vise à trouver des solutions au problème, certains estiment qu’il faut, séance tenante, désigner les coupables, bref vider l’abcès. Les uns et les autres se défoulent alors. Ouf, avec mesure quand même. Exorcisation et catharsis.



Divisions, délation, dénigrement, égoïsme sont dénoncés et la jeune représentante des élèves et étudiants du Nkam, dans un accès de sincérité dont seuls sont capables les jeunes, montre du doigt l’attitude des politiciens Nkamois qui ne voient en la jeunesse que du bétail politique. Alors même qu’elle a besoin d’être soutenue. Ne voit-on pas dans d’autres coins du pays, l’élite octroyer des bourses aux " petits frères " pour financer leurs études ?



Au lieu de quoi, des camps et des clans se sont formés qui se livrent contre l’intérêt général, celui du Nkam, naturellement et richement dotée avec toutes ces terres, ces forêts, ces eaux. Personne ne peut en effet comprendre que cette partie du Cameroun dont la liste des enfants illustres est très longue, croupisse dans ce qui n’est pas encore vraiment le développement. N’a-t-on pas entendu dire que certains fils du Nkam en sont à bloquer, eux-mêmes, les projets destinés à Yabassi, Nkondjock, Moya ou Yingui ?



Ceux et celles qui sont venus samedi à la mairie de Yabassi ont fait le serment d’apporter du leur pour remettre le Nkam sur les rails. Il faudra de l’amour, de l’engagement et de la disponibilité. A en juger par les prises de parole, Ebénézer Njoh Mouelle semble jouir de la considération d’un bon nombre de Nkamois qui lui reconnaissent par ailleurs des qualités de rassembleur. Un mot qui est très souvent revenu. Un rôle qu’il retrouve et dont il se sert pour lancer un projet concret, illustration du souci pour les populations locales en quête de mieux-être.



Avec une banque de la place, Afriland First Bank pour ne pas la nommer, le ministre Njoh Mouelle a, d’ores et déjà, ouvert et approvisionné un compte qui devrait bientôt accueillir d’autres contributions. De quoi s’agit-il en réalité ? Il s’agit de créer une banque, une Mc2, idée que Afriland a expérimenté partout et avec succès dans le pays, en zone rurale notamment. Les populations et l’élite du coin, en prenant des actions, 1 000 francs l’action et 10 au minimum, constituent le capital de la future banque. L’argent mobilisé sert ensuite, à coups de prêts, à financer des petits projets montés dans la région par les agriculteurs, les éleveurs ou les bûcherons, etc. Le Nkam étant très enclavé, la banque devrait également servir aux salariés et pensionnés qui n’auraient plus besoin de se rendre à Douala ou plus loin pour toucher leur dû. Tous ceux et celles qui aiment le Nkam n’auront pas d’excuse.



Construite à Yabassi, la seule école des Champions-Fondation Chantal Biya du Littoral sera bientôt rétrocédée à l’Education de base. Désormais interlocuteur de la Fondation, Ebénézer Njoh Mouelle n’a pas manqué de rendre un hommage à Pierre Moukoko Mbonjo qui s’occupait jusqu’ici de cette tâche. Les préparatifs vont bon train et le Nkam attend ce grand moment. Comme il attend les prochaines élections législatives et municipales. Rassembleur, le professeur Njoh Mouelle a retenu la leçon et promet de ne pas ajouter la division à la division. Il ne soutient personne et qu’aucun candidat, le moment venu, ne vienne dire aux électeurs " je suis le candidat du ministre ".



Stéphane TCHAKAM
Document sans titre
Images


une vue de la salle
1
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT