Visiteurs:33720553
En ligne:00031
Accueil   Espace échanges  
menu espace echange
Consultation des Echanges

1703 échanges avec Njoh Mouelle

11-OKALI TSANGA (Cameroun)  Posté le :6 septembre 2018 à 21:46:08
          Bonsoir Professeur,
J'ai quelques questions sur le thème du transhumanisme
Premièrement , j'ai effectué quelques recherches autour du transhumanisme et le posthumanisme. Tout d'abord, j'ai essayé de comprendre ce qui pousse l'homme à désirer l'immortalité ; ceci étant j'ai lu de nombreuses qui jouent en faveur du transhumanisme pour ces penseurs, le transhumain est l'incarnation de l'immortalité dans la mesure où celui-ci est doté des capacités surhumaines mettent fin à tous les problèmes d'ordre naturels et physiques qui représentent un handicap pour l'homme .
Ainsi donc, pensez-vous en votre âme et conscience que l'avènement du transhumain concoure au respect et à la protection de la dignité de la personne humaine ? En plus, le transhumain peut-il en toute nécessité recevoir le titre d'homme dans la mesure où il est depourvu des dispositions naturelles qui valorise l'homme (désir passion besoin sexe)?
Et enfin l'étude du transhumanisme ne met-elle pas fin à la personne humaine ?
N'est-elle pas la marque de la destruction de l'homme ?

Je voudrais également savoir si votre ouvrage est déjà disponible dans les librairies

Cordialement
Okali Tsanga


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 8 septembre 2018 à 11:33:26)

          Quand vous m’écrivez que vous avez « effectué quelques recherches autour du transhumanisme et le posthumanisme », que voulez-vous dire plus précisément ? Avez-vous lu un ouvrage ou des articles sur le sujet et lesquels ? Les questions que vous me posez trouvent leurs réponses dans mon « Transhumanisme, Marchands de Science et Avenir de l’Homme ». Vous savez que cet ouvrage existe ; votre professeur le Dr. Bekolo l’a lu et pourrait vous aider à le trouver pour que vous le lisiez. Il faut vous engager dans la vraie lecture studieuse, crayon en main pour prise de notes. C’est ainsi que vous vous préparerez à discuter de sujets sur lesquels vous avez quelques connaissances. C’est dans cet esprit que j’ai décidé d’encadrer des séances de présentations d’exposés sur mon ouvrage en question, par des étudiants de Maîtrise, à partir du 15 novembre 2018 dans la Salle de réunion habituelle de l’Association Philo-Socio-Psycho-Anthropo. Je vous conseille d’y venir, même si vous ne vous inscrirez pas pour des études supérieures de philosophie. Encore une fois, le Dr. Bekolo pourra vous y conduire puisque lui-même y assistera.
J’ajoute que je viens de confier à mon éditeur le tapuscrit du second livre portant sur le transhumanisme et que j’intitule cette fois : Des ‘’Hommes augmentés’’ et des ‘’Posthumains, demain en Afrique ? », et comme sous-titre : Quelle éthique pour le transhumanisme ? Je compte en rapporter quelques exemplaires fin octobre, à mon retour de la session d’automne du Conseil Exécutif de l’Unesco.
12-DR. BEKOLO METEE (Cameroun)  Posté le :3 septembre 2018 à 08:30:34
          Bjr Professeur

Dans le cadre des activités de CERCAPHIE (2018-2019) et des séminaires à l'Université, je souhaite intervenir sur le thème de la régulation. je vous propose pour cela le thématique suivante:

" Transhumanisme, la question de la régulation
enjeux et perspectives pour l'Afrique

Je reste à votre disposition pour un entretien de vive voix
cordialement


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 3 septembre 2018 à 21:43:53)

          Il faudrait que nous nous voyions. Vous pouvez venir mercredi 6 septembre à 11h.
13- BEKOLO METEE (Cameroun)  Posté le :1 septembre 2018 à 20:10:56
          Bsr Professeur

Dans le cadre des activités du CERCAPHIE de cette année académique (2018-2019) et surtout les séminaires éventuels (suggérés par vous) à l'Université je souhaite exposer sur le thème de la régulation. Je vous propose à cet effet cette thématique nous pourrons en discuter de vive voix.

"Transhumanisme, la question de la régulation:
enjeu et perspective pour l'Afrique"

cordialement
Dr. Bekolo Metee


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 3 septembre 2018 à 21:04:16)

          Les seances commencent le 15 novembre, après mon retour de l'Unesco. Il a déjá été
retenu que les étudiants vont ouvril le bal par la présentation de chacun des trois chapitres
, pendant trois séances.
Votre participation vous permettra de recueillir ce qui se dira chaque fois, en traitant de
maniere serreée chaque chapitre.
14-OKALI TSANGA (Cameroun)  Posté le :11 août 2018 à 19:49:02
           Bonsoir Professeur, je viens vou annoncer ma reussite au bacc A avec mention Assez Bien et j'aimerais savoir quelles sont les matières dans lesquelles je devrais continuer avec à l'université .
Tout d'abord je voudrais vous faire part de mes matières dont j'etais presque excellent et ensuite vous pourrez m'orienter
-Phillosophie 16,5/20
-Anglais16/20
-Espagnol 18/20
-Hist/Geo 15,5/20
-Litterature14,5/20
Beef j'etais fort presque Partout


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 14 août 2018 à 23:17:06)

          Ce serait au cours d'une discussion avec vous que je pourrais vous conseiller. Tout ce que
je peux vous dire de suite, c'est qu'en ce qui concerne ce sujet du choix de votre
orientation dans les études supérieures, il faut raisonner en termes de profession. Quelle
profession vous tente ? Médecin, ingénieur des ponts et chaussées, vétérinaire, professeur
? C'est après la réponse que vous- même donnez à cette question que vous allez voir
apparaître les disciplines académiques vers lesquelles il faudra que vous vous orientiez.
15-BASSALE RODRIGUE (Cameroun)  Posté le :11 août 2018 à 18:34:52
          Bonsoir professeur, je viens là comme porte paroles d'un grand groupe de jeunes bacheliers désireux de faire de la philosophie à l'Université. Pourtant une inquiétude persiste et c'est celle là que j'aimerai vous poser aujourd'hui. Au Cameroun , est-ce que la philosophie nourrit son homme ? Peut on envisager de faire des études de philosophie et aspirer à des métiers autres que ceux de l'enseignement ?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 14 août 2018 à 23:08:25)

          Oui, parlons en termes de "diplômés" de philosophie. Le diplômé de philosophie n'est pas
différent du diplômé en géographie, Histoire, lettres , etc. Ils ont une vocation toute
naturelle, celle d'être de potentiels enseignants, qu'ils soient passés par l'Ecole Normale
Supérieure ou non. Mais je crois que votre question s'intéresse plutôt au niveau des
salaires que l'enseignement offre. Et là, la philosophie comme matière d'enseignement
n'offre pas plus de perspective de devenir riche que les disciplines du genre de celles que
j'ai citées.
Autrement dit, beaucoup dépend de l'équation personnelle de chaque diplômé. Ceux qui
veulent gagner beaucoup d'argent et honnêtement, pas en faisant recours à la corruption
très répandue, prennent leurs responsabilités en suivant en parallèle d'autres études telles
que les études commerciales. Si vous voulez gagner beaucoup d'argent, rien n'empêche
que vous vous présentiez directement au concours de l'ESSEC ou que vous fassiez des
études d'ingénieur, bref, des formations auxquelles le secteur privé offre de meilleurs
salaires.
Voilà! Si vous voulez davantage d'échanges sur le sujet, vous pouvez venir avec quelques-
uns de vos camarades récemment faits bacheliers en philosophie à ma rencontre. Je vous
recevrai.
16-EKOTTO SOSTENE RODRIGUE (Cameroun)  Posté le :30 juillet 2018 à 04:24:07
          Bonjour professeur.

J'ai causé avec ami camerounais Armand Ngueketsa .Il est également membre de l'association française de transhumanisme.il a entendu parler du colloque.Il réside actuellement en france . pour plus de détaille Professeur je vous prie de m'accorder un rendez_vous pour vous faire part de notre discution.
Merci professeur.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 30 juillet 2018 à 22:02:33)

          Venez donc demain mardi 31 juillet à 16h30.
17-DR BEKOLO METEE (Cameroun)  Posté le :21 juin 2018 à 15:45:12
          Bjr Professeur
J'ai entrepris une réflexion sur le transhumanisme et l'avenir de l'homme. la problématique qui me préoccupe est relative à la question de la régulation et particulièrement la thèse de la " régulation au cas par cas" dont vous défendez. Pour réguler, il faut comprendre, et pour comprendre il faut faire de la recherche. Je pense donc que le défi aujourd'hui une fois de plus se situe au niveau de la recherche scientifique de haut niveau. les NBIC doivent être l'affaire de tous les peuples de la terre y compris l'Afrique pour une régulation au service de l'homme. Je souhaite vous rencontrer pour un échange de vive voix et vous présenter le projet dans sa globalité.
Cordialement


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 21 juin 2018 à 16:16:40)

          Je suis content de vous voir vous intéresser à ce sujet et je n'en suis pas surpris, quand je
pense à vos interventions régulières lors des débats au Cercle Camerounais de
philosophie. Je suis disposé à vous recevoir lundi prochain à 10h . Awono ou Ambadiang
pourraient vous indiquer le chemin.
Quand je parle de "régulation au cas par cas" ou " produit par produit", je laisse les
chercheurs conduire leurs recherches et j'attends la mise au point des résultats pour voir
s'il faut réguler , produire une législation ou non. Exemple de produit ou de résultat
susceptible d'être exploité: l'utérus artificiel permettant aux femmes qui le désireraient de
pratiquer l'ectogénèse en évitant des grossesses déformantes en même temps que
d'autres inconvénients physiques ou sociaux, pour s'en remettre , avec l'accord de leurs
époux ou compagnons, à l'utilisation des utérus artificiels.
Voilà un produit, ou un cas sur lequel le débat philosophique et éthique pourrait conduire,
soit á l'acceptation , soit au rejet.
Je vous attends donc lundi et vous parlerai des propositions que je viens de faire au
professeur Mbelle et au Dr Mouchili Soulé concernant l'organisation des débats dès la
rentrée prochaine sur ce thème. A lundi donc.
18-OKALI TSANGA (Cameroun)  Posté le :7 juin 2018 à 17:13:55
           Bonsoir Professeur, j'ai parcourus De la médiocrité à l'excellence aujourd'hui plus particulièrement dans le chapitre du Bien-être et bonheur et j'ai des préoccupations par rapport à certaines de vos pensées .
Faut-il absolument avoir accès au bonheur pour atteindre l'accomplissement de soi? De plus, le bien-être dans le cadre de l'Afrique est-il une attitude à avoir pour être développé? Enfin, quels sont véritablement le rapport entre sécurité et bonheur et sécurité et bien-être d'une manière pratique ?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 8 juin 2018 à 15:14:37)

          Encore une fois le bien-être n'est pas une "attitude"à avoir. Il est l'objectif du
développement, non pas du seul Africain, mais du développement humain en général. Il
consite en l'amélioration des conditions de vie des hommes dans la direction de
l'allègement des difficultés de la vie quotidienne et la réduction de la pénibilité dans le
fonctionnement quotidien. On se sent en sécurité quand on a réuni les moyens permettant
de faire face aux problémes et aux imprévus de la quotidienneté. Le rêve du bonheur
consiste à penser qu'on pourrait s'installer de facçon permanente dans cette sécurité de se
sentir à l'abri du besoin et de supprimer tout recommencement.
Autre chose: lisez sérieusement, crayon en main, et ne vous limitez pas à "parcourir" ,
"feuilleter", etc. Ce n'est pas ainsi qu'on étudie une oeuvre philosophique.
19-OKALI TSANGA (Cameroun)  Posté le :7 juin 2018 à 17:13:51
           Bonsoir Professeur, j'ai parcourus De la médiocrité à l'excellence aujourd'hui plus particulièrement dans le chapitre du Bien-être et bonheur et j'ai des préoccupations par rapport à certaines de vos pensées .
Faut-il absolument avoir accès au bonheur pour atteindre l'accomplissement de soi? De plus, le bien-être dans le cadre de l'Afrique est-il une attitude à avoir pour être développé? Enfin, quels sont véritablement le rapport entre sécurité et bonheur et sécurité et bien-être d'une manière pratique ?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 8 juin 2018 à 15:03:53)

          Vos questions montrent que vous n'avez pas compris. S'agissant du bonheur, ce que j'en
dis laisse pLutot voir qu'il fonctionne plutôt comme un instinct de mort. Relisez donc la
critique que je fais de l'idée de "paradis". S'agissant du "bien- être", je n'en parle pas
comme d'une attitude , comme vous le faites. J'en parle comme un objectif visé par les
hommes, c'est- à- dire comme une valeur positive derrière laquelle on court en vue de sa
réalisation, tout comme on court après le bonheur; la différence étant que le bien- etre
peut être atteint, réalisé, dans la mesure où il confére un sentiment de sécurité, tandis que
le bonheur est une sorte de mirage aprés lequel on court dans la mesure où il ne saurait y
avoir un bonheur d'un jour s'il n'est pas aussi un bonheur de toujours.
20-BASSALE RODRIGUE (Cameroun)  Posté le :3 juin 2018 à 09:45:13
          Bonjour professeur. Premièrement, J'aimerai avoir votre avis sur les propos de Senghor selon lesquels la raison serait hellène et l'émotion nègre. Dans un second temps je souhaiterai connaître votre pensée sur l'égalité de sexe : utopie ou réalité ?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 5 juin 2018 à 23:57:30)

          Si vous ouvrez l'ouvrage "De la mediocrité à l'excellence, Essai sur la signification humaine
du developpement", la note en bas des pages 72-73, vous lirez le commentaire que je
rapporte , et qui est de Senghor lui- meme , quand il a été interrogé sur le sujet au cours
d'un colloque à l'Université, et auquel il a rendu visite pendant un voyage officiel a
Yaoundé. Il reconnaît que c'était allé au- delà de sa pensée et qu'à l'époque, pendant sa
période d'études en France, tout comme Aimé Césaire, il était animé par une volonté de
rejeter tout ce qui venait de l'ancien colonisateur. Autrement dit, lémotion comme la raison
sont le propre de tout homme. Et c'est bien ce que je pense.
En ce qui concerne la question de l'égalité entre les sexes, il s'agit d'une égalité de droit.
La femme doit jouir des memes droits que l'homme dans la siciété. A formation égale,
même salaire, droit de succession, libre circulation , ouverture de comptes bancaires. Pour
le reste, le principe est celui de la complémentarité. Des roles biologiques ne sont pas
interchangeables, etc
page 2 sur 171
Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
"LE CAMEROUN NE PEUT PAS RAYONNER A L’EXTÉRIEUR SI DANS LE CŒUR DES CAMEROUNAIS IL NE RAYONNE PAS DÉJÀ". (De Njoh Mouelle dans le "Discours sur le Cameroun", p. 137
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT