Visiteurs:41434545
En ligne:00017
Accueil   Espace échanges  
menu espace echange
Consultation des Echanges

1759 échanges avec Njoh Mouelle

1-FéLIX MBETBO (Cameroun)  Posté le :17 septembre 2019 à 18:03:04
          Bonsoir professeur, dans votre essai sur la signification humaine du développement, vous évoquez déjà le sujet de l'homosexualité que vous dénonciez au passage. C'est l'un des rares essais d'ailleurs qui évoque ce sujet. On constate que les fléaux sociaux sont très rarement traités et étudiés dans les ouvrages des intellectuels et les travaux de recherches. Par exemple, la question sur le "viol". Au regard des chiffres alarmants sur les violences sexuelles faites sur les enfants, la jeune fille...qu'est ce qui explique le silence de la science sur le viol au Cameroun. Alors qu'il sévit même en milieu scolaire?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 18 septembre 2019 à 16:16:56)

          Merci M. Mbetboh ( vous que j'ai perdu de vue depuis bien longtemps!) Vous avez raison de rappeler ce fait. Pendant ces années 1970, la question n'avait même pas encore pris l'envergure atteinte plus tard. Je l'évoquais dans un mouvement de pensée par lequel je disais mon désaccord avec des diplômés se considérant comme des intellectuels et qui se livraient à ce qu'ils considéraient comme des pratiques manifestant un degré avancé dans l'évolution d'un pays ( streap-tease dans les boîtes de nuit, pédérastie...)
Je suis revenu sur ce sujet dans mon "Discours sur la vie quotidienne" (pp.107-112 ed. CLE 2013). Je ne sais pas si vous avez lu cet ouvrage. Mes lecteurs semblent s'être arrêtés à l'Essai de 1970 que vous évoquez, , De la médiocrité à l'excellence" et laissent l'impression de n'avoir pas pris connaissance des plus d'une vingtaine d'ouvrages depuis lors. Je ne sais pas si vous l'avez lu. Je ne peux parler que de ce que je fais, moi. Quand vous parlez des ouvrages des intellectuels de manière globale et massive qui ne traiteraient pas des questions de violences sexuelles exercées sur les enfants, je me dis que vous n'avez certainement pas lu le livre du Pr Jean Emmanuel Pondi intitulé "Harcèlement sexuel et déontologie en milieu universitaire". Pondi a parlé du milieu universitaire dans lequel il vit. Les violences sur les enfants des cycles primaires et secondaires sont également à dénoncer, vous avez raison. Les journaux aussi peuvent le faire. Les églises de réveil aussi font des ravages du même genre. Ne les laissez pas de côté. Les tribunaux existent. Les parents des victimes devraient s'en saisir, vous ne pensez pas? Les intellectuels ont des responsabilités sociales, certes, mais qui ne suppriment pas la responsabilité du milieu éducateur ni le recours aux institutions qualifiées pour gérer et traiter des sujets de tous genres.
2-PR STéPHANE FEYE (Belgique)  Posté le :2 septembre 2019 à 11:20:26
          Bonjour,
Peut-être ceci pourrait-il vous intéresser.

https://www.youtube.com/watch?v=kBCDU_PnavQ

Cordialement


Pr Stéphane Feye


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 2 septembre 2019 à 23:04:42)

          Bonsoir Professeur Stephane Feye. Je vous remercie sincérement de m'avoir communiqué
ce lien qui m'a offert l'occasion d'écouter votre conférence portant sur le sujet de la
philosophie et autour de la question de savoir s'il existe une ou plusieurs philosophies. Je
vous ai suivi du début à la fin. Je me suis senti en phase avec vous, tant au début de vos
propos qu'à la fin. Je n'arrête pas de déplorer une certaine banalisation du concept de
philosophie de nos jours; c'est tout et son contraire. La discipline conserve pourtant un
certain prestige que je vois recherché par des spécialistes de divers sujets qui se font
donner l'étiquette de philosophe avec la complicité des medis. Le phénomène des
philosophes des medias ne manque pas d'ajouter á cette banalisation, surtout quand on se
refère à la conception traditionnelle de la philosophie telle que vous la rappelez à la fin de
votre conférence: la recherche de la pierre philosophale; une affaire qui ne pouvait être
menée à son terme que par ceux qui en étaient réellement capables. C'est contre cet
élitisme que la recherche de la facilité s'est développée. Merci encore, cher collègue.
3-ADAMA DAO (Côte d'Ivoire)  Posté le :31 août 2019 à 03:49:49
          Bonjour Professeur,
Pensez-vous que la Philosophie a réellement commencé en Afrique?
Merci.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 31 août 2019 à 22:48:39)

          Votre question revient- elle à demander si les égyptologues ont raison de dire que la Grece
est allée apprendre en Egypte Antique ? Si c'est cela, je vous réponds ceci:
1- Je ne suis pas moi- même un égyptologue.
2- Je crois quand même savoir que ce sont des écoles de mysteres élitistes qui ont
fonctionné à cette époque en Egypte. C'était des écoles dispensant un savoir ésotérique.
Les élèves d'Hermes gardaient pour eux ce qu'ils savaient. De là est parti la présentation
de ce qui ne se dévoile pas au premier venu et qui reste secret comme "hermétique" et
relevant de "l'hermétisme".
2- C'est en Grèce qu'est née la philosophie conçue comme une dialectique basée sur
l'usage de la raison et ouverte à tout le monde. Et c'est cette philosophie considérée
comme une discipline intellectuelle qui ne peut pas être dite avoir commencé au temps des
écoles de mystère en Egypte ancienne.
4-AMOIKON GUY ROLAND (Côte d'Ivoire)  Posté le :25 août 2019 à 15:19:32
          Bonjour Professeur, c'est avec une grande joie que j'ai reçu votre réponse. Et, c’est pour moi un honneur de vous répondre.
Comme vous me l'aviez suggéré, j'ai téléchargé le lien sur "L'idée de développement est-elle une idée claire ?". Je suis toujours en quête des deux ouvrages que vous m'aviez conseillé (L'ASPIRATION A ÊTRE et Ebénézer NJOH MOUELLE, PENSEUR DU DEVELOPPEMENT ET DE LA POLITIQUE). Et, j'ai déjà obtenu les deux œuvres (éditées à L’harmattan) sur le Transhumanisme. En plus des trois Jalons, j'ai « DEVELOPPER LA RICHESSE HUMAINE », « L'ETAT ET LES CLIVAGES ETHNIQUES EN AFRIQUE », « VIE ET ETHIQUE, DE BERGSON A NOUS », « HENRI BERGSON ET L'IDEE DE DEPASSEMENT DE LA CONDITION HUMAINE », « CONSIDERATION ACTUELLE SUR L’AFRIQUE » et surtout « DE LA MEDIOCRITE A L’EXCELLENCE ».

Aussi, lorsque vous m’aviez orienté vers votre deuxième site internet : www.njohmouelle.com, j’ai pu télécharger gratuitement « De la médiocrité à l’excellence en débat». Merci à vous pour cette générosité ! Seulement que l’année d’édition n’y figure pas. Je serais heureux de l’avoir pour les indications et les références bibliographiques.

Concernant votre approche de l’humanisme, je suis poussé à vous considérer dans la continuité du mouvement humaniste qui tire ses sources de Pétrarque - précisément à la renaissance- et qui territorialise la notion dans l’histoire de l’Europe (Vous l’aviez signifié dans « Transhumanisme, Marchands de science et avenir de l’homme »). Cependant, dans Jalons III lorsque vous parlez de la communauté humaine, je découvre les idées d’un humanisme intégral transcendant les frontières pour s’affirmer comme le propre de tous les peuples du monde : l’individu étant au cœur même de cet humanisme. Or, « Jalons III », si vous me le permettez, fait partie de vos œuvres de jeunesse (1986). Alors que « Transhumanisme, Marchands de science et avenir de l’homme » est actuelle (2017). Doit-on déduire que vous êtes partis d’un humanisme intégral pour aboutir à un humanisme qui trouve son sens dans l’histoire de l’Europe ? Quelle est la source de votre humanisme ?

Merci pour cette lucarne d’échange ! J’espère que mon message vous trouve en bonne santé.

AMOIKON Guy Roland.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 27 août 2019 à 12:59:58)

          
1- A propos de l’humanisme : Mon tout premier essai philosophique, « De la médiocrité à l’excellence, Essai sur la signification humaine du développement », exprime une vision qui est restée la même jusqu’aux plus récentes publications traitant du transhumanisme. Le sous-titre « Essai sur la signification HUMAINE du développement » indique qu’il ne s’agit pas pour moi de concevoir une humanité à régionaliser ou à communautariser chaque fois. Il s’agissait aussi de tenter à expliciter la formule mille fois répétée que l’homme doit être placé au centre de toute préoccupation de développement. Vous vous rendrez compte de ce que, si ma réflexion part des contingences de sous-développement et des situations africaines, la finalité concerne le genre humain dans son ensemble quand nous disons et écrivons que le type d’homme que tout développement devrait promouvoir sous tous les cieux est le type d’homme créatif.
2- Le texte de « Jalons III, Problèmes culturels » qui vous fait penser qu’en 1986 j’aurais changé de repère n’a fait que confirmer ma vision d’origine quand j’ai tenu à sortir la vision que je me fais de l’homme de tout enfermement communautaire et régional. Ma conception de l’être humain est donc d’emblée universelle. Au lieu d’universel vous écrivez « intégral », Non ! C’est universel qu’il faut dire.
3- Vous avez acquis mon « Développer la richesse humaine ; c’est une bonne chose. Il est sorti de presse en 1980, donc avant « Jalons III ». Vous y trouverez l’approfondissement d’un discours sur l’homme universel et non sur l’homme africain en particulier.
4- En 1970, quand je fais paraître ce premier essai sur la signification humaine du développement, de nombreux autres penseurs Africains s’engageaient dans des recherches africanistes visant à exhumer du passé culturel une philosophie africaine traditionnelle. Une orientation qui me semblait demeurée soumise à la même logique que celle qui avait suscité la création du mouvement de la « Négritude». Une logique qui a conduit certains Africains à se contredire : en effet, quand la colonisation et la pratique de la traite négrière refusaient de reconnaître aux Noirs d’Afrique le statut d’êtres humains comme les autres, les Africains s’indignaient et se révoltaient avec raison de se voir exclus de l’humanité. Et puis sans y faire attention, ils se sont mis à vouloir affirmer leur différence que n’a pas manqué d’exprimer la formule de Senghor selon laquelle « La raison est hellène comme l’émotion est nègre » !Comme si la raison n’était pas aussi nègre pendant que la capacité émotionnelle est aussi hellène ou « blanche ». Si vous lisez aussi « Jalons II, l’africanisme aujourd’hui » ( 1975), vous y trouverez exprimée en toute clarté ma position concernant la fin de la mission , somme toute utile du mouvement de la Négritude.
Voilà des clarifications qu’il importait que je vous donne. Il n’ y a pas, dans ma pensée, un humanisme régional et un humanisme universel ( pas intégral, ce qui supposerait un humanisme partiel ?NON.
Bon courage. Mais pour votre recherche doctorante, lisez entièrement les ouvrages nécessaires à l’étude du sujet que vous avez choisi.
C’est une bonne chose que vous ayez pu trouver beaucoup d’ouvrages parmi ceux que je vous ai signalés. En ce qui concerne les deux ouvrages collectifs consacrés à mes écrits, voici les adresses électroniques des éditeurs de l’un et de l’autre :
1- Pour « L’Aspiration à être… », écrivez à l’éditeur dont voici l’adresse : editions_dianoia@yahoo.fr ou au directeur des dites éditions : emdissake@yahoo.fr
2- Pour « Njoh Mouelle penseur du développement et de la politique » , écrivez à : editionscle@yahoo.fr ou à cle@camnet.cm
Toute bonne librairie professionnelle en possession des adresses ci-dessus devrait pouvoir vous faire venir ces ouvrages.
3- En ce qui concerne l’année d’édition du livre gratuit que vous avez téléchargé du site www.njohmouelle.com il s’agit de 2015.
4- Quant à l’année d’édition de « De la médiocrité à l’excellence, Essai sur la signification humaine du développement, je vous rappelle qu’il y a eu déjà quatre éditions de cet ouvrage. La dernière est de 2011 chez CLE Yaoundé.
5-EMMANUEL NDEBE (Cameroun)  Posté le :16 août 2019 à 19:01:46
          Bonjour Professeur,

Je suis financier résidant à Paris et bientôt expert-comptable. Je m'intéresse également humblement depuis très jeune aux sciences humaines, à la robotique ainsi qu'à la mystique de plusieurs peuples.

Professeur je vais essayer d'être bref. Ma question est la suivante : Quelle responsabilité porte le philosophe africain en Afrique ?

En tant que pragmatique j'ai tendance à penser que toute société est fille de ses philosophes. Or en Afrique (je globalise) on a l'impression que le philosophe reste théorique, il ne challenge pas son époque autrement que dans les livres. il reste passif et donne cette impression de vouloir préserver sa vie; il ne prend pas de risques. Je peux me tromper...Mais on a vu en Europe des philosophes se positionner energiquement que ce soit contre ou pour le prolétariat, que ce soit pour ou contre la réligion, que ce soit pour ou contre les choix sexuels, l'avortement, la peine de mort etc. Pas que les sociétés occidentales sont meilleures à défaut d'être matériellement plus confortables. Mais en fait Il y a au moins comme une absence de débat philosophique chez nous africains...

Pensez-vous que le philosophe a sa part de responsabilité ?

Professeur, Merci beaucoup par avance pour cet échange et bon week-end.

Cordialement
Emmanuel


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 17 août 2019 à 15:26:01)

          Cher M. NDEBE,
Je vous remercie d’être allé visiter mon site créé en 2004. Je saisis cette occasion pour vous informer que j’ai ouvert un deuxième site en avril dernier, plus particulièrement dédié à la promotion de mes ouvrages. Voici son adresse : www.njohmouelle.com
Les philosophes expriment leur participation à la vie de leurs sociétés de diverses manières. Par leurs écrits, par des prises de parole lors des conférences publiques, des débats sur les plateaux des télévisions ou des articles dans des journaux. Si vous allez sur ce second site, vous pourrez y télécharger, entre autres ouvrages, celui intitulé « La philosophie, l’Action et la politique », Presses de l’Université Catholique de Yaoundé, septembre 2017. Le chapitre II de cet ouvrage s’intitule « La responsabilité sociale du philosophe ». Vous allez trouver que je vous désoriente vers des lectures alors que vous attendez que je vous parle de ‘’positionnement énergique’’, mais le vrai travail de philosophe c’est dans l’élaboration des idées, l’analyse des situations et des visions de sociétés. Vous parlez de défense du prolétariat ; mais il aura fallu que Karl Marx analysât le phénomène de la production économique dans la société capitaliste pour le voir forger le concept de « lutte des classes » et de prolétariat. Il n’a pas fait la révolution, c’est Lénine qui s’est engagé sur le terrain de la réalisation des idées de Marx. Donc, ne simplifiions pas trop le travail du philosophe en le réduisant à des prises de position ponctuelles et sur des sujets ponctuels. Quant à « challenger l’époque », comme vous l’écrivez, Vous allez me permettre de ne parler que de moi et pas de tous les philosophes d’Afrique.
Dès les années 1970, au lieu de m’engager comme beaucoup l’ont fait, dans la fouille d’une philosophie qu’aurait produite le passé africain, j’ai choisi de m’intéresser aux temps présents et à ses sollicitations. C’est ainsi que j’ai choisi de faire réfléchir sur la finalité de l’idéologie du développement. J’ai produit l’Essai sur la signification humaine du développement » intitulé « De la médiocrité à l’excellence ». Cet ouvrage est inscrit depuis 30 ans (1989) au programme des études de philosophie des classes de Terminale préparant à l’examen du baccalauréat. Il en est de même dans plusieurs autres pays d’Afrique Centrale et d’Afrique de l’Ouest. Au plan universitaire, des mémoires académiques de divers niveaux sont consacrés à mes œuvres et en particulier à la philosophie du développement que contient en particulier cet essai de 1970 paru aux Editions CLE à Yaoundé. Ce fait peut être vérifié par quiconque parcourt l’espace échanges du site que vous avez visité. Plusieurs générations de jeunes Africains sont ainsi imprégnées de cette pensée.
Vous allez me dire, comme vous l’avez écrit, que c’est théorique alors que c’est l’optique pragmatique qui est la vôtre. Vous voulez savoir si nous prenons position publiquement sur des questions précises qui viennent en débat dans nos sociétés ? Mais bien sûr que nous prenons position. Ces prises de position se retrouvent aussi bien dans des écrits que dans des débats et des conférences. Dans le présent site, vous trouvez énormément de prises de position de ma part, notamment dans la rubrique intitulée précisément MON OPINION SUR…Dans cette rubrique vous trouvez mes prises de position sur des sujets tels ceux du « développement durable », « le slogan de lutte contre la pauvreté » proposé pour remplacer subrepticement le concept de « création des richesses » voire celui de « croissance » à l’intention des pays en voie de développement, de la politique d’équilibre régional, du bilinguisme camerounais, etc.
Je vous vois comparer ce qui se fait en Europe et ce qui se fait en Afrique. Vous devez tenir compte du fait que les époques vécues ici et là ainsi que les évolutions accomplies ne sont pas les mêmes. Si vous prenez un peu de votre temps pour parcourir les échanges développés avec la jeunesse africaine sur mon site, vous vous rendrez compte que nombreux sont parmi eux , ceux qui me témoignent leur reconnaissance pour le temps que je passe avec eux, les éclairages que je leur fournis sur des sujets comme celui des controverses sur la responsabilité de l’homme dans le réchauffement de la planète et bien d’autres encore .C’est important de travailler au milieu de la jeunesse, Afrique de demain. C’est important d’aider à la consolidation de la culture de la lecture dans ce contexte africain de la prévalence traditionnelle de la culture de l’oralité. Il faut de la lecture et encore de la lecture. Les gens ne lisent pas assez ou lisent mal chez nous. Les philosophes n’impriment leurs marques que s’ils sont lus. Le temps de Socrate qui parlait à la jeunesse et n’a pas laissé d’écrits est dépassé depuis longtemps. Heureusement qu’il y a eu son élève Platon pour faire passer ses idées à la postérité ! Le phénomène des intellectuels des medias invite-t-il les philosophes à se transformer en hommes de medias devant tenir compte des lignes éditoriales et « idéologiquement ou politiquement correctes » ?
Je dois vous signaler également la publication aux Presses de l’Université Catholique de Yaoundé, en septembre 2017 de mon « Discours sur le Cameroun » sous-titré « Réflexions sur les réalités et les potentialités camerounaises », en même temps que « Transhumanisme, marchands de science et avenir de l’homme » chez l’Harmattan.
Cela mis à part, avec mon Cercle Camerounais de Philosophie (CERCAPHI) créé en 1995, j’ai organisé deux grands colloques internationaux et en particulier celui de novembre 2007 ayant porté sur « La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique ». Les Actes de ce colloque sont publiés depuis lors chez l’Harmattan.
Je crois que vous auriez aussi voulu savoir si j’ai pris position au sujet de la crise dite anglophone au Cameroun. Si vous viviez au Cameroun vous m’auriez entendu sur ce sujet un soir où j’étais l’invité de la chaîne publique de la CRTV. Au cours de ce débat tout comme dans l’ouvrage « Discours sur le Cameroun » je rappelle la nécessité de mettre en œuvre la décentralisation régionale inscrite dans la constitution depuis 1996, y compris en exploitant la possibilité ouverte par cette même constitution de revoir le découpage des dites régions. Pour ma part je plaide en faveur d’une réduction du nombre de régions à faire correspondre davantage aux affinités culturelles et sociologiques.
Il ne m’était pas possible de vous répondre moins longuement que ce que je viens de faire. Vous êtes un expert-comptable qui semble croire à l’importance de la philosophie. C’était ma manière d’honorer l’intérêt que vous portez à la philosophie. Et je ne pouvais m’appuyer que sur mon expérience.
Bonne lecture.

6-EBENEZER DAVID NGAHNA (Cameroun)  Posté le :11 août 2019 à 21:51:54
          Bonsoir Professeur. J'ai quelques préoccupations.
L'être participe t'il de l'essence ou de l'existence ?
Peut-on articuler l'analyse de l'essence d'un phenomene autour de son etre et sa raison d'etre ?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 14 août 2019 à 12:29:11)

          Ce n'est pas l'être qui participe de l'essence mais le contraire: c'est l'esence qui participe
de l'être. En effet on ne parle de l'essence que sur fond d'être. Il faut préalablement de
l'être pour que se pose à son sujet la question de son essence. La problématique de
l'existence par differenciation avec l'être est de Sartre: l'existence est le fait de l'homme
en ce sens qu'lle suppose la liberté grâce à laquelle l'homme conçoit des projets qui le
sortent du présent dans lequel les objets inertes, les êtres inertes , se trouvent enfermés.
Le rocher n'a pas d'existence, il est un "en- soi" par opoosition au "pour- soi" qui est la
modalité d'existence de l'homme libre. Pour Sartre l'existence chez l'homme précède
l'essence". Un autre débat se profile derriere ici, c'est celui qui pose la question de savoir
si ce que Sartre entend par essence ne se ramène pas à l'idée de "nature". Car il professe
qu'il n'y a pas de nature humaine et que c'est a la fin de l'existence de chaque homme que
se dévoile ...son essence? Ou sa nature?
7-AMOIKON GUY ROLAND (Côte d'Ivoire)  Posté le :9 août 2019 à 08:45:34
          Bonjour Maître, je suis Amoikon Guy Roland, j'ai épousé vos conceptions philosophiques depuis la licence 2, période où j'ai eu la chance de lire pour la première fois votre ouvrage <>. Deux années après, en Master 1, mon choix pour le projet de mémoire s'est porté sur cet ouvrage. En Master 2, mon sujet de mémoire s'intitulait: De la culture d'un développement nouveau dans la philosophie d'Ebénézer Njoh Mouellé. La soutenance m'a valu la mention très bien 17/20. Aujourd'hui, je prépare ma thèse et je suis resté fidèle à votre philosophie. Ainsi, mon Sujet de thèse s'intitule : Humanisme et développement chez Ebénézer Njoh Mouellé. Je suis de l'Université Alassane Ouattara (Bouaké -Côte d'Ivoire). Je tiens à être un spécialiste de votre pensée philosophique, un disciple de l'humanisme que vous prônez. Je souhaite, dans le cadre de l'élaboration de mon travail, avoir le privilège d'échanger avec vous sur certains points (des éclaircissements, des orientations, des suggestions, etc.).
Bien à vous !


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 13 août 2019 à 13:29:32)

           Bonjour M. AMOIKON,
Je me réjouis de tout ce que vous m'écrivez, concernant l'intérêt que vous portez à mes écrits. Je vous félicite pour la mention Très Bien obtenue pour votre mémoire de Master 2. Un résultat dû à vos capacités intellectuelles propres et non à l’œuvre choisie, évidemment. Je me réjouis en outre parce que vous vous ajoutez à une déjà longue liste d'étudiants de votre pays qui m'écrivent et étudient ou ont étudié tel ou tel de mes écrits dans le cadre de leurs travaux académiques.
Je vous suggère d'aller sur le deuxième site que j'ai ouvert en avril dernier et que je consacre à la promotion et à la diffusion de mes écrits. Sur la question de l'humanisme, je vous recommande de lire les deux publications que j'ai consacrées aux idées du mouvement transhumaniste: "Transhumanisme, marchands de science et avenir de l'homme", L'Harmattan, 2017 et "Quelle éthique pour le transhumanisme? Des hommes augmentés et des posthumains demain en Afrique?".
L’adresse du site: www.njohmouelle.com
J'espère aussi que vous avez déjà eu à lire "Développer la richesse humaine" publié en 1980 aux éditions CLE à Yaoundé. La librairie de France à Abidjan doit pouvoir vous commander ces ouvrages, si elle ne les a pas sur place.
Bon courage.
8-BOUM RODRIGUE SÉVERIN (Cameroun)  Posté le :21 juillet 2019 à 12:37:13
          Bonjour Professeur,
Je viens de parachever le cycle L avec la mention Bien.
Il se pose actuellement le problème de stage. Les quelques places que certaines entreprises ont consenti à donner à l'établissement ont naturellement, et sans objectivité aucune, été attribuées par madame le doyen à ses enfants (de la même église). Je suis entrain de me battre pour réunir le montant requis pour le transport. Dès que possible je serai dans la cité capitale. J'aurai deux dossier en main, le mien et celui d'une jeune camarade qui s'est refusée à la vie facile et aussi qui n'a aucun soutient. Vous m'avez appris par vos écrits à respecter certaines valeurs.
Sur ce Professeur, tout en espérant que même au MINEE au cas où les autres boîtes ne nous seraient pas favorables vous puissiez nous trouver des places pour le stage, je vous souhaite un excellent Dimanche et un très bon début de semaine.
Merci


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 22 juillet 2019 à 10:56:16)

          Quand vous viendrez, je vous recevrai.
9-LAWERENCE (Cameroun)  Posté le :8 juillet 2019 à 11:01:00
          What's the last date I can post this to to arrive in time for Christmas? http://xnxx.zone/ xoxx Aon Hewitt says other participants in its program include retailer Sears Holding Corp and Darden Restaurants Inc. These new additions raise enrollment to 330,000 from 100,000 last year, and Aon Hewitt estimates enrollment will jump to 600,000 next year, a fivefold increase from 2012.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 11 juillet 2019 à 21:44:33)

          I am not the one you think you are writing to. This is a misdirected message.
10-IGNACIO (Cameroun)  Posté le :8 juillet 2019 à 10:21:44
          How long are you planning to stay here? http://xnxx-xnxx.site/ cnxx Cruz, who limped off the field in the early moments of Sunday night’s preseason loss to the Colts with what’s being called a bruised left heel, likely won’t practice throughout this week because of the injury, according to a source, and he probably won’t play again in the preseason. The foot was reportedly in a protective boot on Monday.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 11 juillet 2019 à 21:45:59)

          Misdirected message. I am not the one you think you are writing to.
page 1 sur 176
Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
"LA CITE OU CEUX QUI DOIVENT COMMANDER SONT LES MOINS EMPRESSES A CHERCHER LE POUVOIR EST LA MIEUX GOUVERNÉE". Platon,La République, Livre VII 521a
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT