Visiteurs:19867631
En ligne:00022
Accueil   Espace échanges  
menu espace echange
Consultation des Echanges

1591 échanges avec Njoh Mouelle

1-HIPPOLYTE SOKOUDJOU (Cameroun)  Posté le :15 août 2017 à 10:00:30
          S'il vous plaît Mr l'ingérence politique de votre parcours à été trop bref. Serait ce par le fait de votre enthousiasme naturel à la discipline philosophique ou pour raison autre?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 15 août 2017 à 15:58:45)

          Bonjour M. Sokoudjou. J'interprète votre message comme un regret et une invitation à me voir retourner dans l'action politique. Vous avez raison par ailleurs de souligner ce que vous appelez mon "enthousiasme naturel pour la discipline philosophique". J'aime en effet ma vie de penseur. Vous avez sûrement remarqué que depuis mon bref passage au gouvernement j'ai organisé deux colloques internationaux de philosophie dans le cadre du Cercle Camerounais de philosophie que j’ai créé en 1995. Ces deux colloques ont donné lieu à la publication de : "La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique", pour le premier, celui de novembre 2007, et " Vie et éthique, de Bergson à nous", pour le second, celui de novembre 2013. Pourquoi novembre chaque fois? C'est le souci de nous mettre en résonance positive avec la Journée Internationale de Philosophie créée par L'Unesco, pendant mon premier mandat au Conseil Exécutif de cette Organisation, et observée tous les troisièmes jeudi du mois de novembre de chaque année. En dehors des Actes de ces colloques publiés sous ma direction, j'ai personnellement publié deux livres dialogues avec un collègue juriste et Universitaire Français, Thierry Michalon: l'État et les clivages ethniques en Afrique (août 2011) et l'Idée de progrès dans la diversité des cultures" (août 2012), « Mondialisation, Rapports de Forces et Illusions de Solidarité » novembre 2016, aux Presses de l’UCAC à Yaoundé. Si les livres des deux colloques ont été édités par L'Harmattan à Paris, les deux livres dialogues ont été édités ici même au Cameroun chez IFRIKIYA, en co-édition avec EDICERAP à Abidjan, en ce qui concerne « l'État et les clivages ethniques en Afrique ». Ce mois d’août 2017, en tout cas au plus tard la première quinzaine de septembre, L'Harmattan Paris va sortir de presse mon essai intitulé " Transhumanisme, Marchands de science et Avenir de l'homme" pendant qu’à Yaoundé les Presses de l'Université Catholique vont sortir sous ma signature " La philosophie, l'Action et la politique". Je rappelle que c’est pendant mon séjour au gouvernement, en mars 2007, que j’ai publié le « Discours sur la vie quotidienne » chez Afrédit Yaoundé,.en collaboration avec Maisonneuve France. Voilà pour illustrer cet amour pour la philosophie qui a retenu votre attention. ! Peut-être que je pourrai considérer que j'aurai suffisamment donné matière à lire de mon activité de production philosophique pour me donner un deuxième souffle en politique? Je vous remercie de m'avoir offert l'occasion de donner ces éléments d’informations sur mon activité intellectuelle et néanmoins politique.
2-FOGUIENG FOSSO (Cameroun)  Posté le :11 août 2017 à 00:04:39
          Bonjour professeur! J’aimerai savoir dans quelle mesure est-ce l’homme excellent pourrait devenir réalité?
En plus de cela, j’aimerai savoir si, selon les tendances politiques quotidiennes, le développement en Afrique ne semble pas être plus une fiction (ou un rêve) qu’une réalité ?


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 12 août 2017 à 11:59:45)

          En ce qui concerne votre première question, même s'il nous est arrivé d'écrire qu'il est possible à quiconque de s'engager sur la voie de l'excellence, parce qu'elle demande les efforts individuels de chacun, le fait est que l'excellence est statistiquement minoritaire sur le terrain de la réalité quotidienne.
Votre deuxième souci concerne ce qui vous semble devoir demeurer un simple rêve et même une fiction , pour les Africains et l'Afrique: le développement. Quels sont les empêchements que ce projet de développement rencontre sur son chemin? Ils sont de deux principaux ordres: 1°- Le rapport de forces défavorable face aux égoïsmes ravageurs des grandes puissances qui tiennent à maintenir l'Afrique dans le statut de consommateurs éternels des produits fabriqués chez elles. 2°- En second lieu, il y a aussi , du côté africain, l'égoïsme des responsables du développement, facilement entraînés sur la voie de la corruption, de l'auto-enrichissement, incapables de faire front pour résister à la volonté d'écrasement que déploient les PUISSANTS pour les maintenir divisés et opposés sur le terrain de certaines négociations. Regardez cette Union Africaine qui ne peut pas alimenter le budget de son propre fonctionnement et qui tend la main à L'Union Européenne !!! Le NEPAD conçoit des projets et tend la main aux mêmes bailleurs de fonds qui ne peuvent que se s'en réjouir. Il me semble que c'est le plus grand obstacle au développement de l'Afrique: l'absence de leaders qui soient réellement des patriotes. Faut-il penser que ce sera toujours ainsi? Je ne pense pas. Il naîtra un jour une génération de dirigeants plus nationalistes, ou plutôt panafricanistes attachés à l'objectif de construction de la solidarité africaine sur la base d'une réelle autonomie comptant sur les forces propres à cette Afrique-là. Lisez dans ce même site la conférence que j'ai donnée l'année dernière, le 8 juillet à l'Institut panafricain pour le Développement ,devant des étudiants doctorants inscrits au programme de " Sciences appliquées au développement", ici même à Yaoundé, Le thème proposé par les dirigeants de l'Institut était le suivant: " Le panafricanisme: Une clef pour le développement de l'Afrique?" Essayez de retrouver le compte-rendu de cette conférence dès la page d'accueil du site. Bon courage.
3- MICHEL ZOUKOU (Cameroun)  Posté le :28 juillet 2017 à 14:37:34
           Salut ,monsieur , je voudrais savoir pourquoi la pauvreté qui s'ignore ,qu'est l'indigence de l'esprit, n'est vu que sous la coloration du continent Africain.
Je veux dire cela ne concerne pas aussi d'autres continents ? Ou plutôt ,la portée de cet essai ne s'arrête t-elle qu'aux Africains ?
Tel est ma question monsieur .


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 2 août 2017 à 12:21:56)

          Si vous relisez correctement toute l’œuvre, vous vous rendrez compte que contrairement à ce que laisseraient penser ceux des lecteurs qui ne s’arrêteraient qu’à cette exploitation de la condition des pygmées dans le chapitre I, le développement dont il est question ne concerne pas seulement l’homme africain. Le sous-titre de cette œuvre n’est-il pas « Essai sur la signification humaine du développement » ? A propos des pygmées , la question posée est celle de savoir s’il faut les laisser continuer de vivre dans ce qu’ils considèrent comme étant leur vision du confort, ou alors estimer que c’est un devoir de les aider à découvrir des conditions d’existence plus dignes pour des êtres humains qu’ils sont ( et non seulement des êtres humains africains..) En répondant qu’il faut les aider à entrer dans la modernité, nous étendons donc le raisonnement à toutes les conditions de vie indignes des êtres humains pour justifier l’objectif d’un développement soucieux de sa signification humaine. Il s’agit bien de l’humain universel. L’analyse de la civilisation technique qui est produite dans le chapitre intitulé « Bien-être et bonheur » ne concerne pas seulement l’homme africain mais l’humanité entière où qu’elle vive. Ce qui est dit de la médiocrité et de l’excellence également. Voilà, cher monsieur. Lisez toute l’ouvre et pas seulement son premier chapitre.
4-NKADA MVONDO JONASSE ROLAND (Cameroun)  Posté le :27 juillet 2017 à 08:09:17
          Bonjour Professeur,juste après notre rencontre d'hier je me suis procuré le jalon II réedité en 2006 par CLE mais j ai pas vu le discours du 10è anniversaire de la revue Abbia.Je voudrais savoir si celui qui est à votre possession est celui édité en 1975.celui réedite en 2006 n a pas le discours du 10e anniversaire d abbia.Merci


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 27 juillet 2017 à 21:09:28)

          Vous n'avez pas vu le texte intitule " Sagesse des proverbes et developpement",
Conference prononcee le 30 avril 1973 a l'Ecole Normale Superieure, a l'occasion du 10e
ananiversaire de l'Abbia? C'est bel et bien l'edition de 2006, page 57.
5-JEAN BAPTISTE NKA MEDJIE (Cameroun)  Posté le :15 juillet 2017 à 10:45:55
          Bonjour Professeur.
je le sais vous n'êtes pas économiste mais à la lumière de votre réflexion je pourrais davantage avoir des arguments pour étayer et illustrer mon travail sur le thème suivant : Faut-il ou craindre une dévaluation du franc CFA ?
J e serai très heureux de vous lire . Bien de choses à vous.
jean Baptiste, candidat au concours pour le recrutement des élèves Officiers de police


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 21 juillet 2017 à 17:37:05)

           REDISCUTER LE FRANC CFA
Écoutez : La vraie question n’est pas celle de craindre ou de ne pas craindre une dévaluation du franc CFA. Ce ne serait pas la première fois que cela se produirait, même si le Gouverneur de la BEAC a tranquillisé tout le monde.. Il est même arrivé à certaines monnaies de certains pays, d’être volontairement dévaluées parce qu’il fallait encourager les exportations
1°- Le vrai problème est celui de savoir si le régime du franc CFA devrait se poursuivre ou se faire ré-examiner. On ne perd rien à soulever le problème de ce ré-examen.
2°-En restant groupés, les 14 pays concernés par le franc CFA pourraient solliciter de la France l’ouverture des discussions ayant pour objectif de faire le le bilan du fonctionnement de ce régime, en vue d’en dégager, pour les corriger, le cas échéant, des dispositions qui handicaperaient le développement de ces pays.
3°- Le fait est que les anciennes colonies britanniques n’ont pas vu leurs économies liées de cette manière à la Livre Sterling.
4°- Mais est-ce à dire que les résultats obtenus jusque là par ces pays sont meilleurs, à tous égards, que ceux des pays du régime CFA ? Il doit être possible à ces États du régime CFA d’ordonner et de financer des études comparatives rigoureuses avec les économies de ces pays jouissant d’une autonomie monétaire. Des études qui devraient montrer, par exemple, que les handicaps subis par les économies du régime du franc CFA leur sont épargnés.
5°- Quelques pays, anciennement du régime du franc CFA, tels que Madagascar, La Guinée Conakry et la Mauritanie, jouissent aussi d’une autonomie monétaire. Il serait également intéressant qu’une autre étude leur soit consacrée et qui devrait montrer les avantages qu’ils tirent de là, dans le contexte de la mondialisation régnante.
Si vous pouviez en avoir les moyens, je vous suggèrerais plutôt d’engager l’une des deux études que je mentionne, ne serait-ce que celle concernant la monnaie malgache ou la monnaie guinéenne. Ah, j’oubliais que vous préparez plutôt le concours de recrutement des élèves officiers de police. Bon courage.
Voilà.
6-ETAKA FABRICE (Cameroun)  Posté le :9 juillet 2017 à 08:22:16
          Bonjour professeur. Je suis ETAKA TSAYEM Fabrice, professeur des lycées et actuellement, je suis inscrit en Master 2 à l'université de Yaoundé 1, département d'histoire. Pour ce fait, je travaille sur les pionniers Camerounais de la science historique, avec pour figures phares le père Engelbert Mveng, le pr. Martin Zachary Njeuma et le pr. Fabien Kangè Ewane. Ainsi, j'aimerai vous rencontrer en vue d'un entretien à ce sujet, dans l'optique de mieux étayer cette question. Il s'agit notamment pour moi de comprendre le processus de mise en place d'une historiographie Camerounaise ainsi que la contribution de ces trois personnages à l'évolution de cette discipline.
Dans l'attente d'une réponse que j'espère favorable, veuillez recevoir professeur, toutes mes civilités.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 10 juillet 2017 à 00:20:05)

          Je peux vous recevoir; mais je ne suis pas un historien moi- meme. Si Engelbert Mveng et
Martin Njeuma ne sont plus de ce monde, Fabien Kange Ewane est vivant. Il se ferait
certainement un plaisir de vous recevoir.
Pour me voir, c'est facile. Renseignez- vous. Bonne chance
7-NKADA MVONDO JONASSE ROLAND (Cameroun)  Posté le :8 juillet 2017 à 14:17:33
          bonjour Professeur,je suis étudiant en Master II au département d'histoire à l'université de yaoundé I.Je travaille sur une thématique intitulée:''les revues africaines et leur contribution à la valorisation des civilisations africaines:cas d'ABBIA et AFRIKA ZAMANI 1963-2001.
Lors des premières recherches,nous avons appris que vous etes l'un des acteurs de la revue culturelle camerounaise ABBIA et que vous avez prononcé un discours à l'ENS en 1972 ceci à l'occasion de la celebration des dix ans de la revue ABBIA.
Nous souhaitons ainsi votre aide afin qu on puisse savoir davantage et avoir bon nombre d'informations sur la revue en question.
Merci Professeur


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 8 juillet 2017 à 21:46:53)

          Je suis dispose a vous recevoir a mon domicile, Nouvelle Route Bastos, pour repondre a
vos preoccupatins. Mais precisement, pourriez-vous me faire connaitre d'avance, et par la
voie du present site, les questions auxquelles vous souhaiteriez trouver des reponses?
8-STANISLAS (Cameroun)  Posté le :6 juillet 2017 à 13:25:01
          Bonjour professeur, j'ai eu le plaisir vendredi dernier de participer à la conférence portant sur l'intelligence artificielle par le Dr. Nke au clac. je prépare une thèse sur les NBIC et la perspective du posthumanisme. c'est avec un grand intérêt que je m’intéresse à cette question car j'ai précédemment soutenu un mémoire de Master portant sur l'intelligence artificielle chez Gabriel Ganascia.
En fait ma principale difficulté réside sur la documentation et j'aimerais avoir le plaisir d'avoir vos éclaircissement sur un certains nombre de questions dont les réponses orienteront ma thèse.
OLOMO PETIT STANISLAS
6 96 27 10 33


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 6 juillet 2017 à 15:16:34)

          M. Olomo, La réunion du Cercle Camerounais de philosophie qui vous a donné l'occasion de suivre la communication du Dr Nke a eu lieu, non pas vendredi dernier, mais avant-hier mardi 4 juillet!Qu'est-ce qui se passe?
Je suis disposé à vous recevoir à mon domicile de la nouvelle Route Bastos.
Mais auparavant, il y aurait lieu de me fournir quelques indications sur votre curriculum universitaire. Êtes-vous un étudiant en informatique? en philosophie? Et dans quelle université? Qui vous a servi de directeur de recherche au niveau de la Maîtrise? Avez-vous déjà obtenu une inscription en doctorat? J'attends votre réponse.
9-LEONARD MBIKIEYIN LENKA (Cameroun)  Posté le :5 juin 2017 à 00:15:21
          Bonsoir Professeur, c'est avec grand plaisir que je me suis retrouve dans votre site. Merci infiniment de tout ce que vous faites pour les Camerounais(e) en particulier et l'Afrique en générale. A mon avis si les autres Enseignant(e)s prennait des initiatives comme vous Prof, la terre pouvait en depasser le ciel en excellence. Votre ouvrage 'de la mediocrite a l'excellence' a challengé l'avenir de ma carrière d' Enseignant : " Le developpement ne saurait être synonyme ni d'accumulation d'objets reponses(richesses matérielles) aux besoins de l'homme, ni dans un bonheur conçu comme un état de béautitude dont on ne sortirait plus. Le developpement devrait conduire à favoriser l'emergence des hommes liberés de l'ignorance et des constraintes superstitieuses, des hommes capables de se mettre en situation de quête permanente, c'est-a-dire de depassement permanent de soi à travers une activité de creation multiforme. Je suis un anglophone, PCET en Electrotechnique...


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 5 juin 2017 à 23:16:09)

          Bonsoir M. Mbikieyin et merci beaucoup pour ce temoignage qui s'ajoute a de nombreux
autres que j'ai recus auparavant. Quelqu'un me demandait un jour si le livre que j'ai ecrit
en 1970 et auquel vous vous referez aussi etait toujours d'actualite! J'ai immediatement
compris qu'il n'avait pas reellement lu ce livre. Je lui ai simplement demande si la
mentalite magique et la mentalite superstitieuse ne sont plus d'actualite; si l'ignorance
n'est plus d'actualite; si les comportements de suivisme et d'instinct moutonnier ont
disparu de nos societes, etc. Je suis content de savoir que quelqu'un comme le scientifique
que vous etes , avez ete marque par ce livre.
J'en profite pour vous rappeler que j'en ai ecrit bien d'autres dont notamment "Developper
la richesse humaine", ou encore recemment, Le "Discours sur la vie quotidienne"...
Merci encore et je vous souhaite de mener avec succes toutes les entreprises et tous les
projets que vous puvez etre conduit a concevoir.
10-DONGMO KOM ARDIN (Cameroun)  Posté le :3 juin 2017 à 10:34:56
          Merci, professeur...


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 4 juin 2017 à 13:44:41)

          Bon courage au chercheur
page 1 sur 160
Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
LES YORUBAS DISENT: "LA POULE MANGE DES GRAINS DE MAÏS, BOIT DE L'EAU ET AVALE DES CAILLOUX. CEPENDANT ELLE SE PLAINT DE NE PAS AVOIR DE DENTS; SI ELLE AVAIT DES DENTS, MANGERAIT-ELLE DE L'OR? QU'ELLE S'ADRESSE PLUTÔT A LA VACHE QUI POSSÈDE DES DENTS MAIS BROUTE DE L'HERBE!
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT