Visiteurs:20662316
En ligne:00018
Accueil   L'homme politique  
menu philo
Entrée en politique

Expérience Internationale: l'UNESCO

 

Ici, en l'absence du Président du Conseil Exécutif, le Vice Président Njoh Mouelle préside la séance

 

C'est à l'occasion de la Conférence Générale de l'Unesco, session de Novembre 1995 que je suis désigné par le chef de l'Etat pour être le candidat du Cameroun pour siéger au conseil exécutif de l'Unesco. Une nouvelle expérience allait s'offrir à moi, avant celle que j'entamerai deux ans plus tard comme député à l'assemblée nationale du Cameroun. Le conseil exécutif, c'est 58 membres, une sorte de petite assemblée fonctionnant avec son règlement intérieur, mais avec en plus ce caractère international qui en fait un milieu diplomatique qui vous apprend le tact si vous venez du monde de la rigueur scientifique ou technocratique. Il ne me semble pas que j'aie eu à cet égard quelque problème que ce fut. Je m'y suis souvent exprimé en homme libre certes, mais conscient de ce que j'étais, dans mon pays, conseiller à la présidence de la république.

Quand bien même j'aie montré beaucoup d'intérêt à suivre ce qui se passait au département de philosophie, je me suis imposé d'apprendre à parcourir les nombreux documents de travail que le secrétariat du conseil mettait dans les boîtes des membres, au quotidien, pour leur permettre de préparer leurs interventions. Beaucoup de membres tenaient à s'inscrire pour prendre la parole.Je crois que le chiffre moyen des inscrits au débat se rapportant au rapport du directeur général par exemple devait se situer autour de 40 sur les 58 membres. Le visiteur de mon site peut, s'il le désire, lire quelques-unes de mes interventions que j'ai pu sélectionner et qui ne concernent pas que la discussion des divers rapports présentés par le directeur général à l'ouverture de chaque session, mais se rapportent aussi à des thèmes particuliers qui venaient en discussion lors de certaines sessions. Ce fut le cas du débat autour de l'anniversaire du centenaire de l'abolition de l'esclavage et le devoir de mémoire , la discussion portant sur les enjeux des autoroutes de l'information, les discussions sur la visibilité de l'Unesco dans les Etats-membres, l'avenir de l'Organisation au 21è siècle, etc,etc.

J'ai gardé un excellent souvenir de mon passage au conseil exécutif de l'Unesco. Je crois savoir que beaucoup d'anciens membres ressentent les choses de cette façon. On a toujours envie, quand on a connu l'Unesco, de repasser par là, ne serait-ce que pour en humer l'atmosphère et revoir les nouveaux amis qu'on s'est faits au sein des délégations permanentes des Etats-membres, tout comme parmi les fonctionnaires relevant du Secrétariat. Grâce à ce séjour et à ma proximité avec le département de philosophie de l'Organisation, j'ai pu participer activement, c'est-à-dire en présentant des communications, à quatre conférences internationales dont trois m'ont fait découvrir Naples, en Italie (décembre 1997), Vienne en Autriche ( Juin 1999) et Cracovie en Pologne ( Novembre 2001). Dans les trois premières rencontres mentionnées, il a été question de la mondialisation et de l'éthique mondiale. On trouvera dans le présent site les références précises des exposés que j'ai eu à présenter.

Je garde un bon souvenir de M. Federico Mayor, le directeur général dont la fin du mandat correspondait avec la fin de mon propre mandat. Il n'empêche que j'aie eu à prononcer un hommage à son endroit et pour le compte du groupe africain, en ma qualité de Vice-président du Conseil, au cours de la séance qui fut réservée à cet effet, en Octobre 1999. On peut trouver dans le site, le texte de cet hommage retenu parmi les interventions que j'ai choisi de sauvegarder. En fait, j'aurai eu une fin de mandat fort passionnante. Non seulement j'ai eu à dire au revoir à M. Federico Mayor, mais encore, avec d'autres membres sortants cette année-là, j'ai eu à prendre part à l'élection du nouveau directeur général, en déposant mon bulletin de vote dans l'urne au cours des deux tours qui ont été rendus nécessaires pour la victoire finale de M. Koïchiro Matsuura le Japonais.

Je souhaite le meilleur avenir à l'Unesco et compte sur les responsables des sciences humaines et en particulier sur les responsables de la philosophie dans cette institution, pour toujours renforcer la mission éthique de cette organisation qui se présente à juste titre comme la conscience morale du monde. Comment ne pas me réjouir de ce que pendant mon mandat j'aie pu voir adopter la déclaration sur la protection du génome humain, préparée par l'Unesco et adoptée par l'ONU, tout comme j'aurai vu instituer la commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et technologiques à côté du comité international de bioéthique qui existait déjà !


Les 12 Membres du Bureau du Conseil Exécutif de l'UNESCO Septembre 1999

Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
LES YORUBAS DISENT: "LA POULE MANGE DES GRAINS DE MAÏS, BOIT DE L'EAU ET AVALE DES CAILLOUX. CEPENDANT ELLE SE PLAINT DE NE PAS AVOIR DE DENTS; SI ELLE AVAIT DES DENTS, MANGERAIT-ELLE DE L'OR? QU'ELLE S'ADRESSE PLUTÔT A LA VACHE QUI POSSÈDE DES DENTS MAIS BROUTE DE L'HERBE!
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT