Visiteurs:16685787
En ligne:00019
Accueil   Mon opinion sur...  
menu Mon opinion sur....
Intervention, texte intégral

MON OPINION SUR...

Etre un homme

Il arrive que des hommes se lancent des défis dont certains mettent en jeu leur honneur. Pour sauver cet honneur il leur faut parfois montrer de quel degré de courage ils sont capables, ou alors leur sens du respect de la parole donnée, un homme de parole étant réputé être un homme d’honneur. Mais souvent aussi, pour beaucoup d’autres personnes, aujourd’hui bien plus qu’ hier dans la société camerounaise, l’honneur ne joue aucun rôle motivant dans leurs actions. Ils vous demandent, avec un petit air d’amusement trompeur, si c’est l’honneur qu’on « mange » ! Cette interrogation qui a pu vous faire sourire parfois, cache cependant un problème mal posé, nous dirions même un faux problème : Le faux problème laissant croire qu’il faut nécessairement choisir entre l’honneur et ce qu’on mange, entre sauver l’honneur et gagner son pain quotidien. La défense de son honneur ou, plus exactement, le souci de son honneur, n’est pourtant pas contradictoire ou antinomique avec la recherche de son pain quotidien. Qu’il s’agisse de faire de bonnes affaires, de gravir les échelons de responsabilité plus rémunérateurs dans la structure qui vous emploie, d’améliorer vos revenus financiers, d’acquérir des biens matériels, etc. la vraie question est celle de savoir si, pour se procurer ce qu’on mange, il est inévitable de sacrifier son honneur. La réponse est évidemment négative. Le sacrifice de l’honneur sur l’autel des biens matériels n’est pas une fatalité. Et beaucoup d’hommes, heureusement, vivent dans l’honneur et la dignité, en plaçant la plus grande confiance et le plus grand soin dont ils sont capables, sur leur force de travail, leur persévérance, leur endurance, leur créativité, bref leur mérite personnel.
            Quand nous mettons l’accent sur l’honneur en tant que valeur susceptible de servir de boussole pour l’action de l’homme, nous ne perdons pas de vue qu’il se produit régulièrement un glissement de sens mettant « les honneurs » à la place de l’honneur. Des pseudo valeurs qui entretiennent une certaine promiscuité avec la vanité qui étouffe tous ceux pour qui, être un homme c’est être en mesure d’énumérer de longues listes de biens et de propriétés qu’on possède sous le soleil. C’est une orientation au bout de laquelle on trouve un type d’homme qui ne se possède pas lui-même et qui prétend posséder « le monde entier » ! C’est l’homme victime du paraître auquel il ravale son être.
            Nous mettons l’accent sur l’honneur parce que c’est « le bien » le plus précieux et qui a pour socle d’autres valeurs telles que la dignité et la liberté qui doivent être des conquêtes de tous les jours envers les risques et les menaces d’aliénation et d’avilissement. Les hommes ne deviennent des hommes que tout au long d’un parcours jalonné d’épreuves à surmonter, la nature des épreuves étant souvent la même et la différence venant des divers théâtres sur lesquels les uns et les autres évoluent. Le courage, l’endurance, la perspicacité qui permettent à tel ou tel autre de surmonter ces épreuves jouent ce rôle de « maitre » souligné dans les vers bien connus d’Alfred de Vigny et selon lesquels « l’homme est un apprenti, la douleur est son maître, Nul ne se connaît tant qu’l n’a pas souffert ». Et c’est de ces nombreux « maitres » que se privent les amoureux de la facilité et autres chercheurs des raccourcis auxquels les « détours » et les voies biaisées qu’ils empruntent n’apprennent rien de réellement valorisant.
Etre un homme c’est avoir intégré dans son esprit l’idée selon laquelle cela n’est pas donné au départ et que « être un homme » se construit et se conquiert au cours d’une vie semblable à un « parcours de combattant » qui ne réserve de cadeau à personne. L’important est de comprendre qu’il représente cette « nécessité » que les stoïciens demandent de transformer lucidement et courageusement en liberté. C’est par là qu’on découvre qu’en dernier ressort, « être un homme », c’est être responsable ; non pas au sens simplement pénal ou judiciaire, mais au sens philosophique par lequel on définit le degré de conscience reconnaissant qu’une intime solidarité nous lie aux autres hommes et nous dicte le devoir d’agir en tenant compte des conséquences de nos actes sur les autres hommes dans notre environnement humain immédiat et même lointain.. Etre un homme c’est donc savoir « faire face » avec courage et dans l’honneur à toutes les situations, et en particulier à celles que crée l’adversité, en puisant dans ses réserves d’énergie et en maintenant sous son regard comme un phare, la valeur de Bien et de Vérité auxquelles s’arriment celles de service et de bienfaisance, de courage et de persévérance.

  E.Njoh Mouelle

 

Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
Les Yorubas disent: " LA POULE MANGE DES GRAINS DE MAÏS,BOIT DE L'EAU ET AVALE DES CAILLOUX; CEPENDANT ELLE SE PLAINT DE NE PAS AVOIR DE DENTS. SI ELLE AVAIT DES DENTS, MANGERAIT-ELLE DE L'OR? QU'ELLE S4ADRESSE PLUTÔT A LA VACHE QUI POSSÈDE DES DENTS MAIS BROUTE DE L'HERBE!"
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT