Visiteurs:18963981
En ligne:00019
Accueil   Mon opinion sur...  
menu Mon opinion sur....
Mon opinion sur... L'art

Mon opinion sur... le transhumanisme


L’humanité que nous propose le transhumanisme est une humanité des hommes-robots encore appelés ‘’cyborgs’’. Nous ne pouvons qu’opposer à cette vision trop enthousiaste, la vision des bioconservateurs qui pensent qu’il n’ y a pas amélioration  ni perfectionnement du vivant-homme qui se confine strictement sur le côté matériel et physique par lequel se justifie son appellation d’homme augmenté ! Augmenté dans son appareillage et son équipement instrumental mais, jusqu’à preuve du contraire, diminué dans son expression spirituelle.
            Nous avons affaire ici à un déséquilibre qui n’avait pas manqué d’être relevé par le philosophe français Henri Bergson dans son ouvrage de 1932 intitulé ‘’Les deux sources de la morale et de la religion’’.En 1932, alors que la science et la technologie étaient encore bien loin des performances atteintes aujourd’hui, Henri Bergson écrivait en effet que ‘’ si nos organes sont des instruments naturels, nos instruments sont par là- même des organes artificiels…La nature, en nous dotant d’une intelligence essentiellement fabricatrice avait préparé pour nous un certain agrandissement. Mais des machines qui marchent au pétrole, au charbon, à la houille blanche…sont venues donner à notre organisme une extension si vaste  et une puissance si formidable, si disproportionnée à sa dimension et à sa force, que sûrement il n’en avait été rien prévu dans le plan de structure de notre espèce…Or, dans ce corps démesurément grossi, l’âme reste ce qu’elle était, trop petite maintenant pour le remplir, trop faible pour le dirigerAjoutons que le corps agrandi attend un supplément d’âme et que la mécanique exigerait une mystique’
            En se servant des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’intelligence artificielle et des connaissances cognitives, les transhumanistes prétendent améliorer aussi les caractéristiques mentales des humains ; oui, mais, l’étymologie mise à part, le mental englobe-t-il le spirituel dans sa dimension métaphysique ? En réalité ‘’l’homme augmenté’’ évolue entièrement sur le terrain de la matière, du quantitatif et par conséquent de l’extériorité ; les améliorations dont il est question ne sont effectives que pour les seules caractéristiques physiques, corporelles et biophysiologiques de l’homme.
            Devant le grand étalage de puissance sur l’extériorité se dresse la revendication d’un rassemblement de soi en direction d’une intériorité spirituelle permettant de conserver le contact avec la source même de la vie, quel que soit le nom qu’on lui donne.
            Autrement dit, ‘’l’homme augmenté’’, en tant qu’il est de l’aveu même des transhumanistes, un homme fait de pièces détachées, porteur de puces électroniques, de greffes et autres électrodes, ressemblerait à un porteur de ‘’fétiches’’ ou de « gris-gris » de toutes sortes, lui garantissant l’effectuation réussie de tout ce qu’il entreprend de faire, mettant cependant en congé toute sorte d’activité de recherche personnelle de solutions, bref l’initiative créatrice que conserveraient les seuls chercheurs techno-scientifiques de tous les laboratoires  du réseau GAFA ( Google – Apple – Facebook – Amazon)!
            En rappelant la leçon de 1932 d’Henri Bergson, nous ne saurions manquer l’occasion de dire que lui-même renouvelait la leçon des Grecs selon laquelle quand la force prométhéenne n’est pas éclairée par la sagesse de Zeus, elle met dans les chaînes et elle mutile. Elle ne peut être sauvée du danger que par la force morale. Et Prométhée fut sauvé par Héraclès, le héros moral par excellence.
            Nous terminons par une interpellation que nous avons adressée à l’Unesco lors de la session du Conseil Exécutif d’avril 2016  : Elle est considérée comme la conscience morale de la famille des organisations spécialisées des Nations Unies. Mais que fait donc sa ‘’Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et technologiques’’ (COMEST) créée en 1998 ? On ne l’entend presque pas ! Elle semble manquer totalement d’impact sur le contrôle et les orientations de l’exploitation des résultats de la recherche scientifique et technologique dans les États-membres. Le fait est que depuis sa mise en fonctionnement, cette commission n’a pas trouvé mieux que de s’investir aussi dans des problèmes concernant l’environnement sous l’intitulé : ‘’ Questions liées aux ressources d’eau douce, à l’énergie, à l’espace extra-atmosphérique’’. Sortant quasiment de son rôle et de sa mission, la Commission Mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et technologiques a même produit un ‘’Programme d’Action sur l’Éthique de l’Environnement’’, ainsi qu’un rapport sur ‘’ L’Éthique liée au changement climatique’’ ! C’est peut-être plus facile et moins risqué, nous dira-t-on ! De quoi nous pousser à nous demander comment il se fait que cette commission laisse l’impression d’ignorer ce qui se passe du côté des nanotechnologies, des biotechnologies et de l’intelligence artificielle sans oublier les sciences cognitives !
De quoi nous pousser encore à nous demander comment il se fait que cette commission laisse l’impression d’ignorer l’existence de trois grandes Déclarations universelles adoptées par la Conférence Générale de l’Unesco en 1997 et 1999 ? Nous pensons précisément à la ‘’Déclaration Universelle sur la sauvegarde des générations futures’’ (septembre 1997), à la ‘’Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme’’ (novembre 1997), et aussi à la ‘’Déclaration  sur la science et l’utilisation du savoir scientifique’’ ( juillet 1999).             Si le besoin de connaissance auquel répond la recherche scientifique et technologique ne saurait se laisser borner par une quelconque frontière, qu’elle soit une frontière épistémologique ou toute autre, il ne devrait pas en être de même en matière d’exploitations en applications pratiques découlant des résultats des dites recherches.
Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
LES YORUBAS DISENT: "LA POULE MANGE DES GRAINS DE MAÏS, BOIT DE L'EAU ET AVALE DES CAILLOUX. CEPENDANT ELLE SE PLAINT DE NE PAS AVOIR DE DENTS; SI ELLE AVAIT DES DENTS, MANGERAIT-ELLE DE L'OR? QU'ELLE S'ADRESSE PLUTÔT A LA VACHE QUI POSSÈDE DES DENTS MAIS BROUTE DE L'HERBE!
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT